Quand la Pratique n’est Plus

Quand la Pratique n’est Plus

Quand la Pratique n’est Plus

L’un des premiers livres que j’ai lu Ă©tait Le chemin le moins frĂ©quentĂ© de M. Scott Peck. Le paragraphe d’ouverture est assez puissant. “La vie est difficile. Cela peut paraĂźtre banal, mais c’est une grande vĂ©ritĂ©, l’une des plus grandes ; et ce parce qu’une fois que nous la voyons clairement mous pouvons la transcender. À partir du moment oĂč nous savons que la vie est difficile, que nous le comprenons, alors elle ne l’est plus : une fois acceptĂ©, ce fait n’importe plus.”

La vie Ă©tant difficile implique qu’il y a du travail Ă  accomplir. Le travail, bien sĂ»r, est stressant et inconfortable. Nous avons tendance Ă  y rĂ©sister. Si nous acceptons que la vie est faite de travail, alors cela n’a plus d’importance. En fait, nous nous dĂ©tendons dans le travail et nous en profitons. L’acceptation fait passer notre attention de la rĂ©sistance Ă  l’attention au travail.

Je fais du Tai Chi depuis quelques annĂ©es. Sun Lutang, l’initiateur du Tai Chi de style Sun, souligne l’importance de la pratique. Il dit : « Il faut voyager loin pour s’amĂ©liorer. » Il souligne l’importance de la pratique pour maĂźtriser le Tai Chi.

La pratique est essentiellement du travail. Nous avons tendance Ă  considĂ©rer la pratique comme quelque chose que nous devons faire. Nous la considĂ©rons comme quelque chose de distinct de ce que nous prĂ©fĂ©rons faire dans notre vie. C’est un inconvĂ©nient.

La motivation intrinsĂšque nous aide Ă  pratiquer. Elle nous permet d’observer notre propre processus parce qu’elle concentre notre attention dans le moment prĂ©sent. La motivation intrinsĂšque nous permet de nous aligner naturellement sur le processus d’apprentissage. Nous nous engageons volontiers dans le travail et la pratique. La pratique n’est alors plus considĂ©rĂ©e comme quelque chose de distinct et d’inconvenant.

Lorsque la pratique constitue l’essence de notre vie, il ne s’agit plus de pratique. Il n’est plus important que notre vie soit faite de pratique. La pratique, c’est simplement ce que nous faisons pour vivre chaque moment de notre vie. Tout comme la motivation intrinsĂšque nous l’a montrĂ©, nous avons besoin d’ĂȘtre dĂ©sireux de travailler. Nous devons ĂȘtre dĂ©sireux de vivre les moments de notre vie. Il est nĂ©cessaire de dĂ©velopper la capacitĂ© d’accepter et de permettre au stress, aux problĂšmes et aux dĂ©fis de nous traverser. La pratique est la façon dont nous traitons le stress ; elle devient le moteur de la maĂźtrise de la vie.

Maßtriser quoi que ce soit exige une pratique quotidienne constante. Pour maßtriser la vie, nous avons besoin de rendre la pratique plus importante. La façon dont nous utilisons notre corps et notre esprit déterminera la façon dont nous maßtriserons notre vie. Ce « comment » indique le processus et la qualité. Nos vies sont faites de processus et, par une pratique constante, nous développons la qualité. Cette qualité vient du fait que notre attention est concentrée dans le moment présent.

Il n’est plus important que nous ayons du travail Ă  faire chaque jour de notre vie. Nous acceptons que le travail constitue l’essence de notre vie, alors nous nous y dĂ©tendons et en profitons. Nous allons voyager loin dans notre vie, alors autant faire de la pratique une partie intĂ©grante de chaque jour.

 

Conseil pratique : Pratique quotidienne

J’ai remarquĂ© que je me prĂ©cipite dans le stress, que ce soit en grimpant ou en vivant ma vie. J’ai besoin de me dĂ©tendre dans le stress et de profiter de chaque jour. Vous faites peut-ĂȘtre la mĂȘme chose. J’ai commencĂ© Ă  m’entraĂźner Ă  ralentir. Le ralentissement dĂ©place l’attention sur les nuances subtiles qui se produisent dans le corps et l’esprit. Utilisez cette pratique quotidienne simple pour vous dĂ©tendre et vous libĂ©rer du stress de la vie.

Faire avec le corps : Faire du cafĂ© ou du thĂ© le matin est un processus qui consiste Ă  faire et non Ă  penser. Un processus d’action exige que notre attention soit concentrĂ©e dans notre corps par le biais de nos sens. Lorsque vous prĂ©parez votre boisson du matin, ne pensez pas. Concentrez-vous plutĂŽt sur la respiration, la dĂ©tente et le contact visuel avec ce que vous faites. Sentez l’arĂŽme du cafĂ© ou du thĂ©.

Penser avec l’esprit : La planification de votre journĂ©e est un processus de rĂ©flexion, ce qui signifie que votre attention est concentrĂ©e dans votre esprit. Lorsque vous planifiez votre journĂ©e, ne faites rien d’autre. Concentrez-vous plutĂŽt sur l’identification des tĂąches qu’il est nĂ©cessaire que vous accomplissiez et sur leur ordre de prioritĂ©.

 


Texte original en anglais par Arno Ilgner

Traduction en français par Vincent Hentsch (aidĂ© par deepl.com 😉 ).

Traductions espagnole et portugaise

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*